Session Ordinaire du CSC au titre du mois de septembre 2013

par Super User

 Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a débuté hier matin, à Niamey, sa session ordinaire au titre du mois de septembre 2013. La cérémonie d'ouverture, présidée par M. Abdourahamane Ousmane, président du CSC, s'est déroulée au siège de la dite institution. 

Plusieurs points sont inscrits à l'ordre du jour de cette session. Il s'agit, entre autres, de l'examen et l'adoption du projet de règlement intérieur du Conseil de Presse, de l'examen et l'adoption du plan d'actions de la présidence nigérienne du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication (RIARC) pour le biennum 2014-2015, des conditions d'accès aux médias publics et de la couverture des événements sociopolitiques par les médias privés. Ces questions pertinentes seront débattues durant les cinq jours que dureront les travaux.

En procédant à l'ouverture des travaux, M. Abdrouhamane Ousmane, président du CSC, a souligné la nécessité d'adopter le règlement intérieur du Conseil de presse mis en place le 04 septembre dernier. Ce règlement intérieur permettra, à cet organe consultatif, d'être pleinement opérationnel. ''En effet, c'est le règlement intérieur qui détermine l'organisation et le fonctionnement du Conseil de presse; il précise ses attributions, les modalités de sa saisine et de ses délibérations. L'opérationnalisation du Conseil de presse va permettre in fine au Conseil Supérieur de la Communication de mettre en place le dispositif lui permettant de recevoir et de traiter les plaintes pour manquements à la déontologie'', a-t-il expliqué. Au vu de l'importance de ce texte, le président du CSC a souhaité qu'un examen lucide soit fait afin de doter le Conseil de presse d'un règlement intérieur qui va faciliter son fonctionnement et qui va lui permettre de délibérer dans la transparence et la diligence requises.
M. Abdrouhamane Ousmane a par ailleurs notifié que le Niger accueillera du 10 au 13 décembre prochain, la 7ème Conférence des présidents des instances de régulation de la communication d'Afrique. A l'issue de cet événement, le Niger aura la lourde responsabilité d'assurer la présidence du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication (RIARC) pour la période 2014-2015. Conformément à la convention fondatrice du RIARC, la présidence entrante soumet à l'adoption de la Conférence des présidents, un projet de plan d'actions couvrant la durée de son mandat. ''Certes, il est légitime d'avoir de l'ambition pour le RIARC ; mais il faut aussi être réaliste. C'est pourquoi, le CSC doit proposer un plan d'actions réaliste et réalisable, qui tient compte d'abord de ses propres moyens et de ses capacités réelles ; ensuite de l'apport des instances membres ; enfin de la contribution des rares partenaires du Réseau'', a indiqué le président du CSC. M. Abdourahamane Ousmane a souligné que le projet de plan d'actions qui sera examiné au cours de cette session vise d'une part à consolider les acquis des présidences antérieures, à travers la capitalisation des leçons apprises et des bonnes pratiques et, d'autre part, à révéler les nouveaux défis qui se posent au RIARC, notamment la démobilisation de certaines instances membres, la nécessité d'élargir son membership, la faible visibilité du RIARC dans les espaces sous régionaux, régionaux et internationaux, traitant des questions de communication et de régulation. Au cours de ces travaux, le Conseil Supérieur de la Communication prévoit des discussions sur l'accès aux médias publics et sur la couverture des événements sociopolitiques par les médias privés. A cet effet, le CSC a déjà effectué un travail en amont. En effet, un communiqué de presse, a été rendu public le 15 septembre passé, dans lequel il a fait des constats et attiré l'attention des responsables des médias publics et privés sur leur responsabilité de contribuer à préserver la paix et la quiétude sociale.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Commentaires (1)