Concours Média 2020

par Super User

Concours Média 2020
Covid-19 : pour chaque enfant, un champion
La crise du Covid-19 est une crise des droits de l’enfant

CONTEXTE   

Rares sont les personnes encore vivantes aujourd’hui à avoir connu un événement aussi terrible que la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19). Fauchant des vies, détruisant nos moyens de subsistance, entraînant des familles dans une lutte pour survivre, l’épidémie a mis à genoux les systèmes de santé dans le monde et provoqué la fermeture des frontières.

En dépit d’un ralentissement de la propagation du virus, les retombées sociales de la COVID-19 risquent d’être brutales et dévastatrices. Or, dans de nombreux endroits, ce sont les enfants les plus vulnérables qui paieront le plus lourd tribut.

Si nous n’agissons pas maintenant, cette crise sanitaire risque de se transformer en crise des droits de l’enfant. Les pressions qu’elle exerce sur la société ont de lourdes conséquences sur la vie des enfants – sur leur sécurité, sur leur bien-être et sur leur avenir. 

Les enfants les plus vulnérables sont confrontés à des risques encore plus importants, coupés du soutien existant. Les coûts de la pandémie pour les enfants sont immédiats et, s'ils ne sont pas traités, peuvent persister tout au long de leur vie.

Ce sont toutefois des choses que nous pouvons résoudre. En travaillant ensemble, nous pouvons garantir que le COVID-19 ne menace pas le développement social et économique et aide à rendre les familles et les communautés plus résilientes.

Des investissements plus conséquents dans l'éducation, la protection des enfants, la santé et la nutrition, l'eau et l'assainissement réduiront les dommages causés par le COVID-19 et éviteront les crises futures. Et nous devons écouter les enfants et les jeunes, travailler avec eux pour concevoir un avenir meilleur.

Partout au Niger, les autorités, les partenaires, les organisations de la société civile, les communautés se dressent pour affronter cet ennemi commun – que ce soit les agents de santé, qui risquent leur vie pour combattre le virus, ou les jeunes, qui redoublent d’inventivité pour diffuser des messages de santé publique.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire liée au Covid-19, le Conseil Supérieur de la Communication, en collaboration avec le Ministère de la Communication et l’UNICEF, souhaite encourager les médias à soutenir le plaidoyer pour et mettre en avant les initiatives qui visent à :
 
•    Protéger la santé des enfants et leur fournir une bonne alimentation. En effet, les systèmes de santé sont actuellement surchargés en raison de la COVID-19. Les enfants les plus vulnérables qui ont besoin de ces services de base mais essentiels risquent de ne pas les recevoir.

•    Atteindre les enfants vulnérables avec l'eau, l'assainissement et l'hygiène. Se protéger et protéger les autres par des pratiques appropriées de lavage des mains et d'hygiène n'a jamais été aussi important. Mais pour de nombreux enfants, les installations d'eau et d'hygiène de base restent hors de portée.

•    Permettre aux enfants de poursuivre leur apprentissage. Alors que les écoles ferment leurs portes pour empêcher la propagation de COVID-19, les parents, les tuteurs et les éducateurs ont trouvé de nouvelles façons de continuer à apprendre. Mais toutes les filles et tous les garçons n'ont pas accès à Internet, aux livres ou aux fournitures.

•    Aider les familles à couvrir leurs besoins et à prendre soin de leurs enfants. Ce sont les enfants les plus vulnérables qui paieront le prix fort des retombées socioéconomiques de la COVID-19. Beaucoup vivent déjà dans la précarité et les mesures d’endiguement de la COVID-19 risquent d’aggraver encore leur situation.

•    Protéger les enfants contre la violence, l'exploitation et les abus. Avec le bouleversement de la vie communautaire, les enfants déjà exposés à la violence, à l’exploitation et aux maltraitances deviennent encore plus vulnérables.

•    Protéger les enfants réfugiés et migrants et ceux affectés par des conflits. Avant la survenue de la pandémie, d’épouvantables menaces pesaient déjà sur la sécurité et le bien-être des enfants réfugiés, migrants et affectés par les conflits. Beaucoup ont un accès extrêmement restreint à des soins et à des installations de santé élémentaires, tandis que la promiscuité due à leurs conditions de vie rend l’éloignement social impraticable. La riposte à la COVID-19 ne doit pas éclipser les besoins humanitaires.

OBJECTIF

"Covid-19 : pour chaque enfant, un champion - la crise du Covid-19 est une crise des droits de l’enfant" est un concours à destination des médias basés au Niger visant à soutenir le plaidoyer en faveur des droits de l’enfant dans le contexte de la crise liée au Covid-19 et à accroitre la visibilité dans les médias des initiatives menées de façon individuelle ou collective en faveur de la promotion des droits de l’enfant au cours et après la crise du Covid-19. 


CRITERES DE PARTICIPATION

Le concours est ouvert aux journalistes, chroniqueurs, producteurs et animateurs de la télévision, de la radio, de la presse écrite et en ligne.

Le concours portera sur les œuvres réalisées entre le 19 mars (date de déclaration du premier cas de Covid-19 au Niger) au 15 octobre 2020.

Les candidats devront remplir les conditions suivantes :

    Être journaliste professionnel, chroniqueur, producteur, animateur
    Travailler régulièrement pour un organe de presse, public et privé, de la télévision, de la radio, de la presse écrite ou en ligne.

Les participants sont encouragés à se joindre aux institutions gouvernementales, aux partenaires techniques et financiers, aux organisations de la société civile et de jeunesse et d’autres entités dont le mandat se rapporte à la promotion et la protection des droits de l’enfant dans le cadre de la réalisation de leurs œuvres.

CRITERES D’EVALUATION ET DE NOTATION

Les œuvres présentées doivent être guidées par le principe selon lequel ‘les médias sont encouragés à diffuser des informations de sources diverses qui apportent une utilité sociale et culturelle à l’enfant et qui ne sont pas nuisibles à son bien-être’, conformément à l’article 17 de la Convention relative aux droits de l’enfant et à la Charte Africaine de la Jeunesse dans son article 11.

Les critères de sélection porteront essentiellement sur la qualité du plaidoyer mené en faveur des enfants et de la promotion de leurs droits, la fréquence des articles, chroniques, animations, émissions et reportages publiés ou diffusés en lien avec le thème et le respect de l’éthique de reportage sur les enfants.

    Pour la radio : les productions peuvent rendues sous forme de magazine (30mn maxi), reportage (2mn maxi), portrait (3mn maxi) tout en respectant la qualité technique requise (son, montage, enchainement)

    Pour la télé : magazine 15 à 20 mn; documentaire 20 à 25 mn, reportage (3mn maxi) portrait  (3mn maxi) tout en respectant la qualité technique requise ( de l'image, du son, du montage, du mixage...etc)

    Pour la presse écrite : reportage (1 page à 1 page et demie), interview 1 page, portrait : demi page avec  une bonne qualité des photos, la qualité de l'écriture, les illustrations, les légendes...etc

    Pour la presse digitale : reportage , interview , portrait avec  une bonne qualité des photos, la qualité de l'écriture soutenue par des illustrations, des légendes et les citations.

Les produits réalisés doivent enfin être présentés sous divers angles brossant les diverses facettes de la problématique, des réponses apportées par les intervenants et des défis à relever.

    Les œuvres présentées devront porter sur des initiatives locales menées de façon individuelle ou collective en faveur des enfants dans les contextes du Covid-19 et post-Covid-19 (sur 25)

    L’angle émotionnelle et humaine inspirante des émissions et/ou des dossiers de reportage (sur 25)

    La qualité technique des articles sur les problématiques et réponses clés liées au thème (sur 25)

    Créativité des participants dans le choix du format des émissions et/ou des dossiers de reportage réalisés (sur 25)


LES MEMBRES DU JURY

Le jury sera composé de 10 membres spécialisés :

    Un (1) représentant du Ministère de la Communication
    Un (1) représentant du Conseil Supérieur de la Communication
    Un (1) représentant de l’Institut de Formation en technique de l’Information et de la Communication
    Deux (2) personnes spécialisées avec une grande et longue expérience en journalisme
    Un (1) membre de la Société Civile spécialiste des droits humains et de l’enfant
    Un (1) membre du Groupe de communicateurs des Nations Unies
    Deux (2) représentants de jeunes et adolescents
    Un (1) représentant de l’UNICEF


LES PRIX

Les lauréats du concours recevront des kits professionnels de reportages pour :

    Le lauréat de la Radio
    Le lauréat de la Télévision
    Le lauréat de la Presse écrite
    Le lauréat de la Presse en ligne

Pour tous les participants au concours :

    Des prix symboliques d’encouragement pour l’ensemble des participants

REMISE OFFICIELLE DES PRIX

Le Conseil Supérieur à la Communication, le Ministère de la Communication, l’UNICEF et les partenaires impliqués dans le présent concours décerneront les prix à Niamey le 20 novembre 2020 à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de l’Enfance, anniversaire de la Convention relative aux Droits de l’Enfant.

ELEMENTS A FOURNIR

1.    Pour la presse écrite : des coupures des articles, dossiers de reportage publiés, accompagnées du nom du journal ou du magazine, de l’auteur et de la date de publication, 1 curriculum vitae du participant

2.    Pour la presse en ligne : des copies des œuvres postées sur le site web et les liens y afférent, 1 curriculum vitae du participant

3.    Pour la presse audiovisuelle (radio et télévision) : une copie des œuvres audiovisuelles ayant fait l’objet d’une diffusion par une radio ou télévision sur CD ou fichier MP3, MP4 avec la date et heure de diffusion, 1 curriculum vitae du participant

DATE LIMITE DE SOUMISSION

Les œuvres doivent parvenir le 31 octobre 2020 à 12 heures au plus tard sous pli fermé au bureau de l’UNICEF (à Niamey, Agadez, Diffa, Maradi) sous la référence :

Covid-19 : pour chaque enfant, un champion
Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
2 rue des Oasis
BP 12481
Niamey, Niger




Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Commentaires