Cérémonie d’ouverture de la Session ordinaire du CSC au titre du mois de Mai 2020

par Super User

Le Président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), Dr Sani Kabir, a procédé à l’ouverture de la session ordinaire du CSC au titre du mois de Mai 2020, ce lundi 18 dans la salle habituelle de réunion de son cabinet.

Cette session se tient à nouveau dans le contexte de la pandémie du coronavirus ou COVID-19 qui affecte depuis décembre 2019 le monde entier, n’épargnant pratiquement aucun pays sur la planète.

 

Dans le cadre de la gestion de cette pandémie au Niger, les médias publics, privés et communautaires ont été et sont mis largement à contribution. C’est le lieu de saluer sincèrement, à nouveau, leur accompagnement précieux et déterminant dans le cadre de la sensibilisation et de l’information des populations. «  J’encourage le sens de responsabilité dont ont fait preuve jusqu’alors les professionnels de l’information dans la lutte inlassable contre la propagation de la maladie à coronavirus, malheureusement souvent dans un contexte déplorable et condamnable de désinformation sur les réseaux sociaux. »  a affirmé le Président du CSC.

 

Comme de nombreuses entreprises, celles de la presse subissent de plein fouet les effets néfastes des conséquences économiques de la crise à coronavirus. « C’est le lieu pour moi de lancer un plaidoyer à l’endroit du Gouvernement pour que ces entreprises très fragiles soient prises en compte dans le cadre du plan d’appui aux structures les plus impactées. » a souligné Dr Sani Kabir.

 

La présente session intervient aussi après le rapport annuel sur le classement mondial de la liberté de la presse au titre de l’année 2020 de l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF) publié le 20 avril dernier et qui classe cette année notre pays au 57ème rang mondial sur 180 pays classés, lui faisant gagner d’emblée 9 points comparativement à l’année 2019.

 

Le projet d’ordre du jour de la session ordinaire du Conseil Supérieur de la Communication(CSC) au titre du mois de mai 2020 s’articule autour des points suivants : Examen et adoption du Procès-Verbal de la session ordinaire du mois d’avril 2020 ; Informations sur le CSC ; Examen et adoption de la mesure conservatoire sur la suspension d’une émission radiodiffusée ; Examen et adoption des travaux des Commissions d’instruction.

 

Nous avions eu recours dans l’intersession aux dispositions de l’article 18 (nouveau) de la loi N°2012-34 du 07 juin 2012 portant composition, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Communication modifiée et complétée par la loi n°2018-31 du 16 mai 2018 qui dispose qu’ «En cas de manquement aux obligations qui s’imposent aux organes de presse publics et privés et aux moyens de communication en général, le Président ou le Bureau du Conseil Supérieur de la Communication peut, selon la gravité du manquement, sans préjudice des sanctions prévues aux articles 17, 19, 20 et 21 de la présente loi, prendre l’une des mesures conservatoires suivantes :

 

-l’arrêt immédiat de la diffusion de l’émission

 

- l’interdiction de la rediffusion de l’émission ;

 

- la suspension provisoire de l’émission ;

 

- la fermeture temporaire de l’organe.

 

Les mesures conservatoires ci-dessus énumérées sont obligatoirement inscrites à l’ordre du jour de la prochaine session du CSC.

 

Les modalités de mise en œuvre de ces mesures sont précisées par le règlement intérieur du CSC.»

 

C’est donc en application de l’alinéa 3 de cet article que ce point est inscrit à l’ordre du jour de notre session.

 

« Il vous appartient à présent d’examiner froidement la mesure de suspension d’une émission radiotélévisée que nous avions prise afin de la confirmer ou de l’infirmer. » a souligné Dr Sani Kabir.

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Commentaires